vendredi 19 février 2010

12 mois d’attente, il en resterait 16 mois et plus ou moins, qui peut ME le dire!

Hier, le 18 février 2010, nous avons célébré nos 12 mois d’attente de notre deuxième enfant mais cette fois-ci de la Thaïlande. Son prénom sera Myriam.

Selon les estimations actuelles, il resterait moins de deux ans d’attente! Là, est la question car d’avril 2009 à février 2010 (10 mois), 7 enfants seulement ont été jumelés! Nous serions les 23ième (suite à courriel reçu de l'agence - 23 février 2010) en attente au Québec, si je fais un petit calcul à ce rythme-là, il y a de forte chance que notre attente puisse se prolonger encore de 3 ans! - Rien de comparable avec les délais de la Chine, ça c'est certain.

Pendant cette attente, nous avons la chance et l’extrême bonheur d’être parents de notre belle Élise que nous aimons à la folie pour toute la vie comme je lui dis régulièrement et que maintenant elle me répète ces mots à son tour.

Je peux tout de même affirmer que cette première année d’attente a passé vite… mais depuis quelques jours, un brin de nostalgie, de hâte et d’empressement m’habitent. Surtout depuis que nos amis Nat et Seb (http://racinelaberge.blogspot.com/) ont eu leur proposition que seulement 7 jours après le dépôt de leur demande d’un enfant à besoins spéciaux...

Après avoir vécu une première adoption, nous connaissons pertinemment toute l’émotion, la déception et finalement l’extraordinaire vague d’amour que tout ce processus peut apporter « une overdose de drogue par l’amour » ce qui fait en sorte que nous sommes plus hâtifs de revivre cette belle aventure qui nous mènera vers notre petite fille, Myriam.

Tu ne le sais pas Myriam mais ta grande sœur t’attend avec impatience! Elle a très hâte de dormir dans la même chambre que toi, elle, dans le grand lit et toi dans le petit, de changer ta couche, te donner ton lait, de t’apporter à la garderie avec elle, etc. Plus d’une fois par semaine celle-ci me dit « maman, je m’ennuie de ma sœur, je veux voir ma sœur, elle est où ma soeur » Là, je la regarde et elle me dit, « oui maman, les gens vont nous téléphoner, il faut être patient ».

En ce moment, je vis deux grossesses au bureau (une avocate et la conjointe de mon patron sont enceintes). Parfois, je m’amuse à imaginer que notre enfant est en production comme ceux du bureau. Non, mais il y a tout de même des chances que nos enfants aient le même âge sauf que notre enfant aura déjà un vécu lorsque celle-ci nous sera confiée!

À moi ainsi qu’aux parents en devenir peu importe leur cheminement, leur trajet, leur destinée, mes pensées vous accompagnent et je nous souhaite du courage et des distractions pour faire en sorte que le temps passe plus vite!

Je prie le bouda pour qu’un merveilleux dénouement puisse arriver, rapidement.

Bonne attente et bon weekend!

mercredi 17 février 2010

Pas toujours évident!

Bon, pour ceux et celles qui nous connaissent savent combien notre Élise est une enfant facile et raisonnable.

Mais depuis quelques semaines, celle-ci manifeste son désaccord en criant à toute tête! Holalal, tellement que des fois, nous avons le goût de lui donner une bonne tape pour la ressaisir, soyez sans crainte, nous avons résisté…

Elle rouspète et défi l’autorité comme nous n’avons jamais connu! Aussi, l’heure des repas était devenue péniiiible. Elle ne voulait pas manger ce qui était dans son assiette, toujours à négocier une dernière bouchée, mon chum n’est plus capable…

Il y a deux semaines, lors de notre rendez-vous annuel chez la pédiatre, nous avons raconté cette mésaventure et celle-ci m’a suggéré entre autre de souligner les bonnes actions. Donc, depuis ce temps, lorsqu’elle écoute, fait un beau dodo, etc. Nous mettons un beau collant sur le calendrier et lorsqu’il en aura beaucoup, nous allons lui offrir de la gomme – elle adorrrrre la gomme.

Et bien, ça marche car depuis maintenant une semaine, nous avons retrouvé notre Élise d’avant facile et raisonnable, ouf – il était temps car l’idée de s’inscrire à un cours « comment gérer les conflits avec notre ado » était dans notre mire.

Bon, est-ce une coïncidence ou bien l’effet des collants que je ne mets plus depuis quelques jours maintenant, je ne le sais pas vraiment. C’est à suivre.
Ainsi pour ceux qui actuellement vivent cette situation similaire, j’aimerais vous dire que vous n’êtes pas les seuls et nous n’avons certainement pas fini de se questionner, de douter et même parfois envie de lui coller un billet « À VENDRE » sur le front.

mercredi 3 février 2010

Notre voyage vers Cuba!





Il y a déjà plus d’une semaine que nous sommes revenus de Cayo Coco, Cuba. Houlala, que le temps passe vite!




Nous avons passé une magnifique semaine. Nous avons grandement apprécié la plage et l’endroit. Tout était parfait! Le site était extraordinaire et les gens adorables. Nous y avons fait de belles rencontres!




Élise était ravie de voir le petit lit installé dans la chambre tout près de ses parents! Elle adorait chaque retour à la chambre en fin de journée pour y découvrir des cygnes, éléphants, etc. confectionnés par la femme de chambre.



Nous avions une magnifique vue de notre chambre, elle donnait sur l’une des piscines. (voir photo).




De tous les endroits où Richard et moi avons visités, c’est sans contredit le plus beau.





Nous avons profité pleinement de la plage et Élise pour sa part a beaucoup apprécié la pataugeuse, car elle pouvait toucher au fond!




En soirée, pendant que nous regardions les musiciens à l'extérieur près du bar "La Plaza", je commandais un Pina Colada sans alcool pour Élise et pour notre part autre chose bien sûr!


video

Donc depuis notre retour, lorsque je mets des bulles dans le bain, Élise se fait des "naya colada", trop drôle.

Maintenant, nous sommes dans les rénovations de notre cuisine. La maison est un brin désorganisée mais ça va valoir la peine, notre cuisine sera vraiment belle et beaucoup plus fonctionnelle une fois terminée.

En terminant, nous avons abandonné les cours de patin d'Élise. Pas parce que celle-ci n'était pas habile bien au contraire mais bien parce que celle-ci n'arrête pas de pleurer et désire que nous soyons sur la patinoire avec elle. Après trois essais, et suite à notre discussion avec le gérant de l'école qui nous a informé qu'Élise était la plus jeune et que normalement, les enfants débutent à 3 1/2 ans, nous avons décidé de reporter les cours à l'automne prochain et d'ici là nous patinerons avec elle.

À bientôt!